Archives par mot-clé : prison

Dossier Spécial : le Placement à l’Extérieur

Œuvrant à la valorisation de la mesure de placement à l’extérieur depuis près de quinze ans, la fédération nationale des associations socio-judiciaires, Citoyens et Justice, et ESPERER 95 ont organisé le 24 novembre dernier, une journée d’étude dédiée avec le barreau des avocats du Val d’Oise et le soutien de la Juridiction de Pontoise.

Intitulée « Placement à l’extérieur – Fin d’épreuve : comment sortir de l’impasse ? », cette journée avait pour ambition de dresser un constat partagé sur la pertinence de la mesure et de réfléchir ensemble, magistrats, représentants de l’Administration Pénitentiaire, avocats, membres du secteur associatif, à la manière de renforcer cette mesure encore trop peu exploitée…

En ouverture de journée, Eric BOURLION, Bâtonnier du Val d’Oise, Agnès COFFIN, Présidente d’ESPERER 95, Eric CORBAUX, Procureur de la République du TGI de Pontoise ont martelé la nécessité et l’urgence qu’il y avait à développer le recours à cette mesure dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

Le placement à l’extérieur, une mesure mise à l’épreuve :

Christian FOURNIER, Président de la Commission nationale Post sententielle de Citoyens et Justice et Directeur Général d’ESPERER 95 a par la suite offert à l’assemblée un vibrant plaidoyer en faveur de la mesure et des associations qui la mettent en œuvre au quotidien.

Le prononcé et le maintien du placement à l’extérieur au coeur des débats :

Magistrats, Directeur Fonctionnel du SPIP et avocats du barreau du Val d’Oise, représentants associatifs se sont ensuite prêtés au jeu de la reconstitution de deux débats contradictoires. A visée hautement pédagogique, ces jeux de rôle ont permis aux participants de la journée, grâce à l’éclairage apportée par Angélique HEIDSIECK, Vice Présidente et Présidente de la Chambre correctionnelle du TGI de Versailles, de mieux appréhender la façon dont était étudiée la situation des personnes condamnées dans le cadre de cette instance visant notamment à octroyer une mesure de placement à l’extérieur ou décider d’une réintégration en établissement pénitentiaire à la suite d’incidents.
Le placement à l’extérieur, une mesure qui n’a plus besoin de faire ses preuves

En fin de matinée, Reynald BRIZAIS, Universitaire-Chercheur à l’Université de Nantes et Stéphanie LASSALLE, Conseillère technique-Post sententiel de Citoyens et Justice se sont attachés à restituer les résultats de l’évaluation de l’impact de la mesure de placement à l’extérieur sur le parcours du justiciable menée au sein du réseau Citoyens et Justice.

En début d’après-midi, cinq personnes accueillies ou ayant été accueillies en placement à l’extérieur par le service socio-judiciaire d’ESPERER 95 sont intervenus chacune à leur manière sur la façon dont elles avaient vécu ou vivaient leur placement à l’extérieur et les difficultés auxquelles elles avaient pu être confrontées dans le cadre de la préparation de leur projet.

Paroles d’acteurs : vers la convergence des preuves

Puis des magistrats, des représentants de la Direction de l’Administration Pénitentiaire, un professeur de droit, un avocat et la conseillère technique-Post sententiel de Citoyens et Justice se sont penchés collectivement sur la plus-value de cette mesure, les écueils faisant obstacle à son développement et les actions à mettre en œuvre en vue de la développer durablement.

Autant d’éléments qui ont inspiré Reynald BRIZAIS dans sa mise en perspective de la journée.

Enfin, Gwenola JOLY-COZ, Présidente du TGI de Pontoise et Frédéric ZAJAC, ancien bâtonnier du Barreau du Val d’Oise, sont venus clore cette journée en rappelant que le TGI de Pontoise était tout à fait favorable à soutenir le développement de la mesure et en soulignant que les acteurs ne devaient pas travailler l’un à côté de l’autre mais ensemble.

Le reportage :

 

L’ensemble des vidéo :

(Source : citoyens & Justice)

 

 

 

 

Revivez la soirée débat « Justice/Prison/Réinsertion » à l’Utopia

Il est 21 heures dans le cinéma Utopia de Saint-Ouen L’aumône lorsque les lumières s’éteignent. Le documentaire de Raymond Depardon « 10e chambre, instant d’audience » démarre. Les séquences s’enchaînent, ponctuées par les rires et les discussions en catimini de la salle. 

Salle, cinéma, Utopia, saint ouen l'aumone, soirée débat, ESPERER 95, Joly Coz, Philippe Houillon, frédéric Zajac, prison, réinsertion, 10e chambre, instants d'audience, Raymond Depardon

Afin de lire la critique du documentaire de Raymond Depardon « 10e chambre, instants d’audience« , cliquez-ici.

Une fois la toile terminée, la lumière revient et les trois intervenants de ce débat se présentent devant l’audience. Il s’agit du député Philippe Houillon, arrivé en retard pour cause de débat entre François Fillon et Alain Juppé, le bâtonnier de l’ordre Frédéric Zajac, et la présidente du tribunal de grande instance de Pontoise, madame Joly-Coz. Après une brève introduction de la part des hôtes de cette soirée, une première personne se rue sur le micro afin de lancer les hostilités.

La profession est abandonnée par les hommes

Si ce documentaire est âgé de 10 ans maintenant, les trois intervenants sont d’accord pour admettre que très peu de choses ont changé depuis, tout en saluant la maîtrise de la magistrate présente tout au long du documentaire. A partir de là, des questions plus concrètes sont posées. Existe-t-il des alternatives à la prison? Madame la Présidente insiste sur le fait que ce ne sont pas les alternatives qui manquent, mais les moyens de les mettre en oeuvre. Encore pire, elle déplore un abandon de la profession par les jeunes hommes, ce qui pose le problème de la parité du domaine. Monsieur le député confirme en balançant les chiffres, quelques 8 milliards sont mis dans le judiciaire, ce qui fait près de 2% du budget national.

Mais le clou de la soirée sera la tirade, le cri de colère d’une dame, se demandant comment la justice peut-être si expéditive dans certains cas, et si laxiste dans d’autres. Afin de s’expliquer, elle prend en exemple différents cas tel celui de l’ancien président Nicolas Sarkozy toujours en liberté alors qu’il n’a fallu qu’une nuit pour incarcérer les frères d’Adama Traoré.  La réponse, cinglante mais précise, ne se fera pas attendre. Si elle vous intéresse, vous pouvez voir les interventions de Madame la Présidente ainsi que de Monsieur Zajac sur la page Facebook d’ESPERER 95. Les questions continuent de fuser et seul l’heure tournante obligera les participants à rentrer chez eux. La prochaine soirée débat aura lieu le jeudi  2 février et aura comme thème : « les punitions alternatives », soyez présents.