Newsletter N°06 – 2017

Newsletter N°06 – 2017

Retrouvez la Newsletter N°06-2017 du mois de juillet 2017 en cliquant ici   FÊT’ESPÉRER 1ère Edition 27 juin 2017 Articles similaires

FÊT’ESPÉRER 1ère Edition 27 juin 2017

FÊT’ESPÉRER 1ère Edition 27 juin 2017

Retrouvez notre programme à télécharger ici Télécharger le communiqué de presse ici   Newsletter N°06 – 2017 Bulletin Info SIAO 95 juin 2017 Articles similaires

Bulletin Info SIAO 95 juin 2017

Bulletin Info SIAO 95 juin 2017

Au sommaire ce mois-ci : Indicateurs SIAO/115 2017, Bilan de la période hivernale 2016/2017, L’étude « Organiser la sortie de détention : de la prison vers le logement » est publiée ! Poursuite des travaux du … Continuer la lecture de Bulletin Info SIAO 95 juin 2017

Rapport d’activité et d’observation sociale 2016 du SIAO 95

Rapport d’activité et d’observation sociale 2016 du SIAO 95

Le Rapport d’activité et d’observation sociale du SIAO Val d’Oise de l’année 2016 est à présent disponible. Nous avons souhaité mettre en avant le versant « observation sociale départementale » qui est une mission … Continuer la lecture de Rapport d’activité et d’observation sociale 2016 du SIAO 95

SIAO : Publication “Référentiel – L’accès logement”

SIAO : Publication “Référentiel – L’accès logement”

Le référentiel « Accès au logement » constitue l’une des actions de la Mission Logement du SIAO 95. Il s’appuie sur les 5 modules de formation dispensés aux travailleurs sociaux de structures par l’équipe … Continuer la lecture de SIAO : Publication “Référentiel – L’accès logement”

Extrait du Liaison d’avril 2016 (bulletin interne à l’Association)

Edito transparentEn opposition à l’expression « Salauds de pauvres »* de Coluche qui caricaturait la stigmatisation des pauvres assistés et responsables de tous les maux, j’ose employer le terme « Salauds de riches » pour qualifier certains habitants du 16ème arrondissement de Paris, qui refusent l’implantation d’un centre d’hébergement. Ce n’est pas tant leurs craintes qui justifient l’expression : la dévaluation de leur bien, l’implantation d’un Sangatte bis…, mais leurs invectives qui transpirent la haine de la pauvreté et des migrants et leur refus de partager l’effort de solidarité… Nous soutenons nos collègues de l’Association Aurore.

Nos Associations ressentent très nettement une hausse de la pauvreté et, force est de constater que le Plan de Lutte contre la Pauvreté a juste permis d’amortir un peu le choc de la crise économique pour les plus fragiles.

A la suite de notre contribution au bilan de trois ans du plan du collectif ALERTE (structure politique de la Commission de lutte contre la pauvreté de l’UNIOPSS), au titre de Citoyens et justice, nous avons honoré le 16/10/2015 notre rendez-vous prévu depuis plusieurs mois avec François SOULAGE, Président du collectif, et son équipe pour présenter l’ensemble des problématiques auxquelles les publics placés sous main de justice (PPSMJ) sont confrontés. Au terme de nos échanges où l’équipe d’ALERTE à découvert la réalité de notre champ d’intervention, un engagement est pris pour réorienter le bilan du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, que nous trouvons trop généraliste, vers la grande exclusion et donner un visage aux publics les plus exclus, notamment les personnes incarcérées et les sortants de prison. La proposition a été faite d’intégrer le Ministère de la Justice à la liste des Ministères concernés par le plan. Nous avons par ailleurs dénoncé la surpopulation carcérale : 13 907 détenus en surnombre (soit + 12 % en un an) dont 1 442 dorment sur un matelas posé à même le sol et déplorer la baisse inquiétante de l’ensemble des aménagements de peine sur l’ensemble des territoires. Enfin, nous avons eu la grande satisfaction de voir que nous étions en parfait accord sur une définition appropriée du « droit commun » pour les PPSMJ ; chacun s’accordant à reconnaitre la nécessité de mettre en place « des dispositifs passerelles » pour ramener les personnes vers le droit commun. Le droit commun ne se décrète pas d’évidence pour ces publics ! Ne pas en être convaincu produit un effet préjudiciable ; à savoir, laisser dire qu’ils y ont facilement accès (c’est en illustration, faire fi de l’impact des réformes de l’IAE, de la formation professionnelle…) et laisser à penser que leurs difficultés sont moindres et que l’accès aux droit commun fonctionne.

Les journées de Grenoble denses et passionnantes de notre place d’animateur ont confirmé les témoignages des Associations sur leurs difficultés. Ils recoupent notre analyse à l’échelle de la Cour d’Appel de Versailles : taux d’occupation à hauteur de 55% pour certaines Associations, turnover à hauteur de 75% des CPIP sur les territoires, Magistrats frileux qui exigent des mesures de contrôle similaires en détention…

Comme en 2005, cette mesure d’aménagement de peine est en danger même si l’on constate que l’ensemble des autres mesures : PSE, LC… de contrainte pénale sont très peu prononcées (ce qui n’est pas pour nous déplaire pour cette dernière ; les député(e)s ayant fait le choix de missionner exclusivement le service public…).

Honte à toutes celles et ceux qui fuient leurs responsabilités et à nos parlementaires qui encore une fois, font le choix du tout carcéral ! Nous attendions mieux d’un gouvernement de gauche.

Nous repartons au combat avec notre casquette associative et notre casquette Citoyens et justice avec son Président et sa Direction Générale. Plusieurs rendez-vous sont en préparation : DSPIP, JAP, Procureur Général, Parlementaires, Garde des Sceaux… Une lettre ouverte est en cour de rédaction et nous profiterons des différentes tribunes du congrès de l’UNIOPSS, auxquelles nous participons pour marteler notre vision d’une justice humaine réparatrice.

La prochaine soirée débat à Utopia, à l’appui du film « visages défendus » nous permettra de faire une nouvelle fois œuvre de pédagogie à condition de ne pas rester dans un entre soi…

En remerciant Gaëlle pour la construction de ce quarantième numéro, et merci de prendre le temps de le découvrir …

Christian FOURNIER
Directeur Général

* expression empruntée à Jean GABIN dans le film « Dans la traversée de Paris.

Brocante Milada
Les jeudi de l'EPSS